Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de j. DRIOL
  • : à la mémoire de Bruno ROQUET le blog de anciens du CERP de Bergerac
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

6 janvier 2008 7 06 /01 /janvier /2008 16:13

 

  Bienvenue dans mon Jardin Sucréundefined
Mon premier commandé à Mourmelon 
Je faisais déjà beaucoup rire

Identité sportive :
Je suis le plus grand relativeur de tous les temps
J'aime pas les betteraves
Total de sauts : plus que certains, moins que d'autres
Contact : pascal.chansard@@@free.fr  
Retirez les singnes en rouge
undefined
L'un de mes derniers sauts... Snif !

 


Bergerac

 

 

 

1980 Passage du BF6
 undefined nicole-et-moi.png
 Elle est pas belle ma combinaison ?

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 81
  podium-anniversaire-bruno.jpg
PAU Coupe Gilles Yout
Premier anniversaire de la mort de Bruno et de Gilles.
Compétition de PA Individuelle et par équipe de 2.
3e en individuel et 1er par équipe avec Lionel ROMANIN

 

 voltige-aout-1980.jpg moi-1.jpg
 Voltige aout 81 on voit bien la piste et le centre
moiet-mon-cloudxl.jpg
Mon cloud XL

 

 


 

 

 

 Les Antivols Begins 1982
Jean Biato, Lionel Romanin, Frank Mahut, Moi
 antivol-begin-1.jpg sortie-de-dacota.jpg
 Saut de dacota
(acronyme pour Douglas Aircraft Company Transport  Aircraft)
 

 

 

aux-pieds-d-isabelle-brives.jpg
  Meeting Brives
J'avais promis à Isabelle d'atterrir à ses pieds
 vrac1982.jpg
 VRAC 1982
Pierre Bret, Jean Biato, Frank Mahut, Moi
Nous étions contents de gagner cette compétition où se mêlaient Vol Relatif et PA.

 

 


 

 Les Antivols 1983
Jean Biato, Frank Mahut, Eric Fradet, Moi
  
 MONTAGE-Antivols-1-copie.jpg
MONTAGE-Antivols-2.jpg
MONTAGE-Antivols-3.jpg
MONTAGE-Antivols-4-copie.jpg
 Championnat de France excellence 1983.
1er avec 25 points d'avance sur les seconds malgré un saut à 1 point.
(On aurait pu faire mieux, mais on était pas en forme)

 

 


Après Bergerac

 

 

 

 

 

1984 Ma seule année à huit
Patrick De Gallardon, Pierre et André Bret, Laurent Bouquet, Jacques Malnuit, Magalie Delaby, Martial Malié, Moi
Un peu comme les fulgurations de la foudre ...
Pas long, mais intense. Je n'ai pas de photo. Croyez bien que je le regrette.
 

 

 

 


 

1985-1986 Deux années absent des terrains
A chasser les mouches, surveiller mon albumine.
Ca par contre, c'est très long et très chiant. J'ai fini par rentrer dans les rangs... en mauvais élève. Que le grand Blek le Roc me pardonne

 

 


 

87-88 Retour à la vie parachutiste dur de repartir à zéro
cosmonautes.jpg
On dirait des cosmonautes pris en otage
Bertrand Vuillaume, François Yho, Pilippes Beauvais

 


 

 

89 Les Quantics
equipe-ferte89.jpg
Valérie Bourguignon, Bertand Vuillaume, JC. Louiset, Moi
(Lionel Finidori présent pour la photo)
 undefined undefined
 

 

 


 

 

 Vichy 90 Ma période Mauve
Avec l'appui de Frank MAHUT et de Corinne DELBOUILLE, j'ai bataillé dur pour que les sélectives s'appellent désormais 
Coupe de France
Tournage du film "Les charmes du vin" , parodie des "Charmes du Vent"
vichy90-2.jpgvichy90.jpg
 
 4e place... la plus énervante
Valérie Bourguignon, Bertand Vuillaume, JC. Louiset, Moi

 

 

 


 

 

 

 Brigitte Maître, Catherine Chalandon, JC Louiset, Moi
  Montage-91-copie.jpg
 Championnats de France Annecy 91
Photos Michel Pissotte
 podium91.jpg

 

 


 

 

 

 1992 Modulec ou le début de la fin 
C'est l'abbé Résina qui officie
  moietjacques.jpg

 

 


Saut Modulec
Envoyé par bandeapart dans Sports sur wat.tv

 

J’avais accepté de repartir une fois de plus avec des moins expérimentés, parce que nous étions censés être entièrement sponsorisés par la société Modulec. Que dans notre candeur, presque juvénile, nous espérions secrètement étendre sur une période de 3 ans. Le temps nécessaire pour aller agacer d’un peu plus près les élites du moment.
La saison débuta par un stage d’une semaine à Gap. Nous n’y avons fait que 20 sauts dans la même position et le relâchement qu’ont les mammouths prisonniers dans la glace de Sibérie. Sachant le centre de la Palisse en difficulté, nous nous y sommes entraînés le plus souvent possible. Les emmerdes ont commencé à affluer sournoisement et avec une rare consistance. Au cours d’une semaine d’entraînement à GAP, pendant un saut qui semblait comme les autres, nous avons perdu Véronique Gundig, notre Vidéo-woman. C’est dur d'abandonner à jamais un morceau de son âme au milieu d’un champ, sans même avoir le temps de lui sourire. C’est là que j’ai compris qu’on ne dit jamais assez au gens qu’on aime, qu’on les aime. Je le répète sans cesse à mes enfants.
Nous avons repris les sauts avec le spleen des vivants à demi-morts à demi-nus. Peu après, l’un de nos équipier jugea indispensable de nous plaquer 2 semaines avant un stage, lui même programmé avant les sélectives. En dépit des gens bien intentionnés qui tentèrent de m’en dissuader, nous sommes repartis avec Jacques Malnuit. Je n’ai pas assez de place pour lui exprimer ma reconnaissance et le talent avec lequel il s’est impliqué à nos côtés. Malgré des trous de mémoires abyssaux, nous avons franchi les sélectives. C’est là que des membres de la FFP m’ont fait comprendre que nous laissions, sans le savoir, des ardoises partout ou nous passions. N’étant pas en rapport direct avec le sponsor, j’ignorais tout de notre situation financière. C’est alors que l’on nous a menacés de ne pas nous laisser nous rendre aux championnats de France. Après quelques échanges de noms d’oiseaux, nous nous sommes finalement rendus à Avignon aux championnats de France. Notre vol commença à reprendre des couleurs plus avenantes et nous permis de participer à la Coupe du Monde de Gap. Avec 15 de moyenne, le saut d’échauffement ainsi que le premier saut de la compétition (qui elle fut disputée sur 6 manches seulement), laissaient supposer que nous avions relègué à bonne distance les affres qui nous avaient servi de viatique jusque là. Mais il était dit que nous devions boire la coupe, qui n’était pas celle du monde, jusqu'à la lie. Les trous de mémoire sont revenus à grandes enjambées. Nous avons finalement terminés dernière équipe française.
Pour parachever notre crucifixion, nous avons dû affronter, cette fois sans tergiversation possible, un mur de dettes vertigineux. Au même moment, le centre de la Palice, que nous avions cru aider gaiement de notre remarquable prestance, annonçait qu’il fermait définitivement. Au regard de ce beau naufrage, aux allures insoupçonnées de catastrophe humanitaire, je n’ai pas eu l’audace de me représenter sur un terrain.
Personne, n’aura jamais l’idée de ce qu’il m’en a coûté.

 
Si quelqu’un a une photo de Véronique à me faire parvenir, je n’aurai pas de mots pour le remercier. 
 
 

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires