Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de j. DRIOL
  • : à la mémoire de Bruno ROQUET le blog de anciens du CERP de Bergerac
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 22:41
  undefined 
Brigitte Maitre, Anne-Marie Lacorre, Isabelle Biarnès, Pascale Boisumeau
Photo Jacques PROUST
   undefined


  undefined undefined 
  undefined  

   4pocascanon.jpg
4pocascanoncater-copie-1.jpg

 Retour à la page d’accueil

Partager cet article
Repost0
5 février 2008 2 05 /02 /février /2008 18:31

Bergera Para 03102970001

Bergerac Para 01

Dans la famille de Waubert,
maintenant il y a aussi le fils Max

Max (Maximilien) saute à Soulac avec Wafou un ancien 6 ème RPIMA,
il a été lâché à son cinquième saut de sa progression PAC.






Encore des photos du "fiston" qui d'après Henri semble bien accrohé aux suspentes


















Vu sur le web les aventures d'Henri sur :
http://www.mirage4fs.com/m_gerard_new_fr.html
en fin d'article


L'édito de 1983

undefinedIl a tout essayé, les éjections à 10 000 mètres et le vol relatif à Bergerac.
HdW3.jpget encore ...

Henri a souvent été chef des vols au salon du Bourget, mais il se distingue aussi sur une tour de contrôle improvisée dans les meetings de campagne au cœur du Périgord vert.
undefined

Dans ses fonctions administratives il est très méticuleux, il vérifie tout scrupuleusement, un exemple sur la photo : n’y a-t-il pas de tricherie dans le résultat de cette compétition.
undefined
Eh ! non …Armaing est bien deuxième et Pittion premier !







Photos : Eliane Farbos







et encore sur : L'album de Pascale (suite)

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 15:53

DSC8471-mRetrouvailles avec Charles Arévian ce week-end.
Vétéran du parachutisme sportif français dans sa 90ème année, personnage évoqué par André Suire dans son livre paru en 1958, cela faisait 35 ans qu'on ne s'était pas vus. Au vu de son âge il va plutôt bien !

05130013-m

Visuel en complément pris en 1979 à Soulac/mer avec Claude Vigneau (de dos), mon père, mes deux sœurs et ma mère. Charles Arévian à droite.

 Chute Libre

 michel.prik@@@aevll.org

Un grand bonhomme

 

Je n’ai pas la prétention de conter la vie de Michel PRIK. Le Père Prik comme on l’appelait respectueusement. En effet il est notre Père à tous, c’est lui qui est à l’origine de l’entité du parachutisme sportif. Fin psychologue, c’était un homme attachant, à ses côtés les élèves se sentaient en sécurité. Sévère mais juste, il a formé plusieurs générations d’instructeurs 100 pour 100 civils. Il fait parti des hommes que l’on est fier d’avoir côtoyé.

Michel PRIK est né le 6 janvier 1926 à Montargis dans le Loiret

Il débute le parachutisme en 1944 dans l'Armée, puis en 1947 dans le civil où il participe au premier CISP fin 48.

C'est en 1949 qu'il effectue sa première ouverture commandée à Saint Yan, d'un JU 52 (Junker) sous un parachute Irving T6, la procédure appliquée était position tendue avec la main sur la poignée.

A Creil en 1950 il participe au fonctionnement du 1er Centre Régional, là il fait l'acquisition de son premier parachute perso., un ARZ 687 n° 1003, c'était aussi la première fois que l'on vendait un parachute à un civil. Puis le parachutisme civil évolue, les centres se multiplient, Michel effectue de nombreux sauts de démonstration en Vendée avec l'aéro-club des sables d'Olonne et de la Rochelle... Juillet 52 à Saint Yan c'est l'année de l'obtention de son titre d'instructeur, brevet d'état la même année avec le SFA il va créer un centre régional dans le sud de la France. Pâques 1954 il est nommé dans les Landes au CNP de Biscarosse. C'est la grande époque, les premiers films en chute avec André SUIRE, les prémisses du Vol Relatif avec des instructeurs comme Beaussant, Grivet ...

Dans les années 70 il part pour le centre de Bergerac où pendant onze ans il est le Patron de la platforme.
Michel PRIK termine sa carrière à 63 ans avec 3 500 sauts à son actif.
BioPrik02.jpg
Ses brevets et licences :
- Militaire n° 5810
- 1er degré n° 34
- Second n° 32
- Qulif instructeur civil n° 4
- Brevet professionnel n° 8
- Brevet d'instructeur professionnel n° 8
- FAI n° 17
- Juge FAI depuis 1963
- Commissaire sportif nat. et internat. n° 50

Compétitions :
- 14ème au Chp de France 1953
- 7ème au Chp du monde 1954
- 2ème par équipe à la coupe du Monde de 1958


De 1956 à 1966 il a été entraineur des équipes : 
des USA, de France, d'Algérie, des Pays-Bas, d'Australie ...
BioPrik01.jpgUn extrait du dictionnaire Seghers de l'aviation 
-------

Je laisse la plume à Michel Prik junior. 

Précisions :

Mon père est parti en 1959 diriger le parachutisme -les centres de Philippeville, Blida, Sidi-Bel-Abbès et Oran- en Algérie -voir le document joint- (presque un retour aux sources puisqu'il avait débuté en 1944 à Boufarik en préparation du débarquement de Provence auquel il avait participé) avant de rejoindre Bondues pour cinq ans dans le nord en raison du contexte que l'on sait.
 
Puis il se fixe en 1967 sur le centre de Bergerac pendant 11 ans avant de terminer sa carrière en tant que Conseiller Technique Régional auprès des services Jeunesse et Sports de Bordeaux. 
undefined

undefined

C'est la seule photo de ce genre, je crois et elle avait été prise exactement le 15 août 1977, date du premier saut de ma soeur Hélène avec plus d'un mois de dérogation sur le 21 septembre de ses 17 ans. On s'était retrouvés à quatre Prik dans l'Antonov et on a tous sauté je crois dans le même passage. Mon père avait quelques 3200 sauts, ma mère une trentaine et pour moi c'était le 47ème ! ... 


Les photos de Michel PRIK (junior)
05200024-m.jpg
L'équipe de Bergerac aux championnats de France 1969 comprenant Jean-Claude Armaing, Chauvet, Jean-Jacques Barthes et Claude Soyer.
86870002-m--2-.jpgundefined
Le Broussard 1970 qui ne fait pas son âge sur ces photos.








Martincour au point fixe



undefinedAnnée 77... 30 ans déjà !

11 ans à Bergerac

Comment résumer en quelques lignes ces 11 années régulièrement passées sur ce terrain de Bergerac-Roumanières, et ce -pour des raisons d’âge- plus en tant que spectateur passif qu’en acteur réellement impliqué dans cette vie parachutiste bien remplie qu’a pu connaître ce père qui était le mien ? Ce ne peut être que partiel, partial, emprunt de la nostalgie pour des images plus anciennes qu’elles ne le montrent, il faudra faire avec.

 

Dans mon souvenir, Bergerac a ronronné -comme d’autres en France- en activité P.A., voltige et autres sauts de démonstration jusqu’au printemps 1969 : un voyage aux USA à Lakewood et Orange qui a changé la donne. Ce parachutisme français qui pensait avoir fait le tour de la question et ouvert la voie au reste du monde réalisait alors que bien des friches restaient à explorer à tous points de vues. Concrètement cela se matérialisait aussi par la projection en boucle du film « Sky Capers » les jours de mauvais temps, vite rejoint par « Masters of the sky » et autre « This is a sport ». Il me semble que surtout l’esprit « para » changeait, plus que l’activité réelle de tous les jours. Mai 68 sans doute était également passé par là.

 

Vint le moment d’élargir le parc constitué de deux Broussards et un Cessna. Mon père avait demandé un Antonov auprès de son organisme de tutelle et fut le premier agréablement surpris en apprenant que son vœu était réalisé. L’avion fit donc son apparition courant 1972, Claude Martincourt et le mécanicien Marcel Laurent étant allés eux-mêmes le chercher en Pologne dans des conditions épiques.

 

Pourquoi cet avion et pas un autre ? Les explications données par mon père étaient claires. Le Pilatus, déjà utilisé à cette époque, qui n’avait pas encore trouvé son modèle économique, était jugé coûteux et à l’origine de la fermeture de plusieurs centres. Le Dragon DH89 avait précédemment montré de son côté que deux moteurs généraient deux fois plus de pannes. L’Antonov monomoteur séduisait par sa capacité à emporter deux fois plus de paras qu’un Broussard, sans les inconvénients d’un bimoteur. Les origines russes de mon père étaient sans doute à rapprocher non pas au choix mais à la connaissance de ces matériels que même les américains ont su utiliser.

 

1972 est aussi l’année qui a vu Jean-Claude Armaing champion du monde de Voltige, un événement à lui seul. L’avenir apparaissait alors comme totalement ouvert.

 

Les premiers vrais nuages sont arrivés je crois avec la crise du pétrole de 1973, compensés à Bergerac par l’arrivée en parallèle de l’UCPA. Cependant, Bergerac ne comptait plus que deux avions dans son parc matériels et force est de reconnaître qu’un vrai déséquilibre apparaissait quand l’un des deux appareils manquait à l’appel, en période d’affluence l’été avec seulement un Broussard ou en période creuse l’hiver avec seulement un Antonov. Entre difficultés inévitables dans la gestion et divergences de points de vues entre les dirigeants, cela ne pouvait qu’avoir une fin.

 

J’ai eu la chance de connaître une progression rapide en 1977, en sautant essentiellement de l’Antonov. Puis j’ai fréquenté d’autres centres pour revenir m’initier au voile-contact en 1983 avec Jean-Jacques Rajade, alors que je fréquentais surtout de centre de Chalon sur Saône en tant que moniteur régional.

 

Dans cette famille de cinq enfants, les trois premiers seulement ont pratiqué un peu ou beaucoup le parachutisme mais tous ont largement fréquenté les terrains.

Michel Prik junior


Premier_s--1-.JPGLe premier saut de ma mère en 1968 je crois. On reconnait en rouge Christian Tranquard et Thérèse Dumont, instructrice belge qui venait souvent à l'époque. Michel_Prik_-_Vichy_1969-m.jpgMichel Prik à Vichy en 1969
Canopy.jpgSPA-AN2T.jpgUn visuel de l'équipe de Spa en 1977 -on y reconnaît M. Polis, Didier Lagasse, Anne Leers et d'autres dont je n'ai pas les noms, ambiance morose en rapport avec la météo-, et dans les photos insolites si cela te dit une formation à 14 en voile contact dans le ciel de Châlons sur Saône le 29 septembre (Saint-Michel) 1985, la
13ème voile avait décroché, plus de peur que de mal.

Ar-vian.jpg
Un portrait du phénomène Charles Arévian, instituteur, motard, instructeur parachutiste, passionné de tir, chef de centre pendant quelques années, cité -information exclusive- dans le livre d'André Suire sous le pseudonyme "Antonio" avec qui il avait effectué des sauts en couplé qui ont préfiguré en quelque sorte les futures vues en chute libre et l'amorce du vol relatif. 

Un pilote de plus

ça fait rudement plaisir de retrouver tous ces noms sur ton blog, on aimerait y lire tous ceux qui ont marqué notre mémoire.
 
J'étais gamine, mais je me souviens très bien de Pierre FELIX qui a piloté le broussard de nombreuses heures et à contribué largement à l'ambiance de bonne humeur qui régnait dans ce centre. Il a été quelques années patron avec son épouse Suzette du bar-restaurant le TORTONI où se retrouvaient les stagiaires. Il est mentionné par Pierre Gerbal qui promet dans ses écritures de nous conter la légende du Tortoni (Légende qui ne pourra être qu'en dessous de la réalité tellement celle-ci fut riche ! )
Bref tout ça pour te demander, s'il te plait, de rajouter le nom de Pierre FELIX à la longue liste des anciens de Bergerac.
 
Je n'ai pas retrouvé non plus le nom de Marc MOREAUX que j'ai vu durant de longues journées d'hiver sans saut, clouer des casiers à parachutes seul dans le hangar; je le connaissait bien, c'est lui qui empruntait la machine à coudre de ma mère pour modifier son aile et qui libérait presque à chaque saut à l'époque ! Mais il n'avait jamais d'accident, il était toujours  en super forme et mettait bien l'ambiance au terrain quand il ne sautait pas : Il jouait au cerf-volant avec son aile par jours de grand vent, faisait des parties de frisbee ou nous donnait un concert de chant et guitare...
 
Et tu te souviens sûrement de Christophe LACHOVIEZ qui se faisait tout le temps enguirlander par mon père à cause de ses atterrissages risqués quand il jouait à la "balançoire" au raz du sol avec son aile...
 
Je suis certaine que ce qui a fait la richesse de ce centre résidait autant dans les personnes qui l'ont fréquenté que dans la qualité des activités qui y étaient proposées.
 
Comme à "l'auberge espagnole", on y trouvait ce que chacun voulait bien y apporter, et on y trouvait beaucoup !

Hélène PRIK

PS : Je viens de décider mon époux et mon fils à aller passer 10 jours à Maubeuge en tant que bénévoles pour l'organisation du championnat du monde.
Ce serait marrant d'y retrouver tous les anciens de Bergerac !


Une photo en attente de pilatus que l'on peut dater de 1970 il me semble, sur laquelle on reconnait Michel Jean-Albert (l'homme à la cigarette). Michel Jean-Albert et Françoise Goerger fréquentaient essentiellement Bergerac avant de s'installer à la Réunion. Leur fils Loïc fait quelque peu parler de lui, en héritier spirituel de Patrick de Gayardon. Voir www.loic-jeanalbert.com en cliquant en particulier sur le téléviseur en bas à gauche de l'écran.
 
Sur le même visuel, on peut identifier les trois hommes en rouge de gauche à droite : Paul Fardel qui était l'adjoint de mon père avant Jean-Jacques Rajade et dont le fils Stéphane saute aussi, Derosa au centre et Trousset en arrière plan.

Retour à la page d’accueil
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 16:17

undefined

Cécile 
*Elle était mon amie, nous avons découvert le parachutisme ensemble et son amour pour la vie était immense.
Photo Jacques PROUST


L'ennui avec Jacques, c'est que toutes les images qui sont de lui sont belles comme des soleils de printemps. Elles m'intimident, parce que j'ai l'impression qu'à travers elles, quelqu'un que j'ai connu me regarde encore.
Pc



 JPROUST-copie-1.JPG

Jaques today

 

Août 1978, premiers pas dans un univers qui bouleversera ma vie et pour bien d'autres aussi...

Je ne savais pas que cette escapade d'un été deviendrait durant de nombreuses années l'aventure de ma vie...

1978 à 1981 je venais de Bordeaux passer mes week-ends et vacances avant de franchir le pas en quittant ma vie Bordelaise.

1981&1982 je deviens barman&Animateur avec l’UCPA, moniteur avec le CERP et Barman l’hiver à La Plagne.

1983&1984 je suis directeur du centre UCPA à Bergerac et au

x Arcs.


L'UCPA permettait à des garçons et filles très souvent plus nombreuses de franchir le pas et d'oser au grand étonnement de tous et pour le plaisir des parachutistes confirmés...(j'y reviendrai...)
 
Souvenirs d'une quinzaine extraordinaire et 30 ans après, parfois un peu surréaliste...
 
Rappelez vous !
Nous étions 70 débutants et débutantes, une formation de trois jours pour réaliser 10 sauts en ouverture automatique obligatoire ! Trois élèves pour un parachute avec le célèbre 6520...Par temps chaud l'atterrissage était rude et les malléoles parfois trop fragiles...Pour le bonheur des autres qui devenaient binôme voir solo sur le parachute attribué.
 
Un Antonov d'un autre âge avec un pilote roi du ping-pong et dealer en paquet de cigarettes pour avoir le privilège de voler avec lui et d'oublier un instant l'interminable attente avant d’obtenir l'autorisation d'accéder à la chute libre...
Sortir&Ouvrir et confirmer à chaque fois avant d'être autoriser à chuter 3 puis 6 puis 10 puis 15 puis 20 secondes et pas une de plus sinon...Retour à la case départ pour un bon saut avec SOA...
Nos aînés avaient une conception de la pédagogie aéronautique très particulière...
 
Heureusement il y avait la bande des quatre, vivants hors de ce carcan, ils étaient les « Cénobites tranquilles » roi du vol relatif de l'époque. A la fin de la journée nous allions les entendre chuter à la verticale de la cible et grâce à ce spectacle nous étions prêt le lendemain à tout subir pour un jour devenir de véritables « Skydivers ».
 
Avec son sourire et sa moustache, ses cheveux en bataille, sa simplicité et sa joie communicative ils nous aidaient (Chantal* la première...) à plier en quelques minutes un parachute qui demandait parfois plus d'une heure vérifs comprises...Dans le ciel de Bergearc il en était le seigneur. Au sol il vivait en attendant des jours meilleurs...
Prêt sur un saut de fin d'entraînement à libérer volontairement (avec capwell !) annoncé avant et à tous...Par défi...Par amour de cette vie.
 
Ramon venait de rentrer dans ma (notre) nouvelle vie de parachutiste sans savoir que cela durerait de longues et belles années.
 
A suivre...                                                                               Jacques Proust
 
L'UCPA Bergerac

undefined
Il volera un jour

undefined
Jacques (2e rang) au milieu d'un stick de monos UCPA avant le début de saison.

  lespistes.jpg
Les infrastructures. Les Algécos de l'UCPA forment au sol , un L a l'envers et juste au-dessous, entourée de tentes et de quelques voitures : la misère.


Jacques PROUST

 copinsProustPau.jpg
Debout : x, Dominique, lionel, Pascal, Anne-Marie, Marie-Claude, Jacques - Assis : Françis, Tony, x, Jean-Michel, Evelyne, Jacques
 undefined
Jacque PROUST, Jean-Pierre, Richard, Jeff
 ProustetBiatoFr-re.jpg
Le Graal ! Enfin !
 ucpasalle.jpg
Dans les locaux de l'UCPA 
Au premier plan, Patrice Degaillande, Jacques Proust, Didier Klein, Isabelle Biarnès, Henri de Waubert


Les Chefs-d'oeuvre de Jacques

 pos-danslesoir.jpg
  6520 à la tombée du soir
 canopcoca.jpg
  Les Cocas-Cola à l'entraînement voile-contact
Frank Mahut - Eric Fradet - Jean Biato - Patrick de Gallardon
 
 

  

Retour à la page d’accueil

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 14:27
Si vous souhaitez voir figurer votre bobinette dans le trombinoscope, n'hésitez pas à nous faire parvenir une photo d'époque, en nous précisant  la période à laquelle vous étiez présent.
Adressez l'ensemble soit à Jacques Driol ou Pascal Chansard. Vous trouverez leur adresse mél dans leur page respective.

 ANNEES ...
Montage-Brigittes-copie-1.jpg
 Brigitte Maitre  Isabelle Biarnès  Brigitte Lesieur
Montage-miniatures-RAMON-copie.jpg
 Gérard Trinidad  Ramon LLados  JM Dalton
Montage-miniatures-DOMINIQUE-copie.jpg
 Nicole Dion  Dominique Paris  E. Abarnou
Montage-miniatures-LIONEL-copie.jpg
 Lionel Romanin  Guy Wiest  Christian Léger
Montage-miniatures-SYLVIE-copie-copie-1.jpg
 Evelyne Barrère  Florence Legallou  Sylvie Duhem
undefined
 Jean Biato  Frank Mahut  Eric Fradet
undefined
 Patrick Chavanon  Alain Baufumé  Bertand Vuillaume
Montage-miniatures-MARIE-YVONNE-copie-copie-1.jpg
Marie-Yvonne SIMON  Isabelle Gallet Dominique
Montage-miniatures-DEUG-copie.jpg
 Jacques Malnuit  Laurent Bouquet  Patrick de Gallardon
Montage-miniatures-PROUST-copie.jpg
 Jacques Proust   Jean-Pierre   Jeff
Montage-miniatures-MONTARON-copie-copie-1.jpg
 Jacques Montaron   Michel Pissotte   Patrice Degaillande
Montage-miniatures-CATHERINE-copie.jpg
 Catherine Chalandon   Corine Delbouille   Magalie Delaby
Montage-miniatures-ARMAING-copie.jpg
 Jean-Claude Armaing   Bernard Maussire  Bernard Teissere

 

Retour à la page d’accueil

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 19:20

jean.biato@@@nordnet.fr
 retirez les signes en rouge 
undefinedPhoto : Didier Klein

Lui c'est Jeannot ... un enfant de Bergerac, dès son arrivée en France à l'age de 10 ans il s'est mis à traîner sur le terrain de Roumanière pour regarder les paras avec envie.

Frêle, un peu maigrichon il s’est vite remplumé l’oisillon, grâce aux bons petits plats de sa Maman. Oui ! le Jean c’est de la graine de couscous. Celui de sa mère il était vraiment fameux, je l’ai savouré. De pois chiche en pois chiche il devient un bel homme grand et fort (v. photos). Les femmes sont toutes folles de lui. Mais il préfère le parachute. 

 

C’est le grand tournant de sa vie, il devient champion de France, puis d’Europe. En tout bien tout honneur il s’occupe des petits jeunes, il forme et encadre une équipe qui devient championne du monde.


Puis il échange le Pilatus (l’avion) contre un ascenseur (social).* Grâce à ce sport il trouve chaussure à son pied, trois bandes valent mieux qu’une. C’est alors qu’il entre dans l’ordre d’Adidas dans les années 80. Il devient conseiller régional, cadre de haut niveau de la grande marque. 

 

Des milliers de sauts plus tard il coule une retraite paisible dans le sud de la France.

* La pratique de ce sport est extrêmement coûteuse. Pour arriver à ce niveau Jeannot l'enfant des quartiers a assuré l'autofinancement de son équipe. 
Bravo Jeannot !
 

undefined


PARACHUTISME_002.jpgBergerac, il l'a tellement dans la peau qu'il se transforme en Cyrano
undefined
PARACHUTISME_0111.jpgPARACHUTISME_014.jpgPARACHUTISME_015.jpgLes trois bandes hantes les rêves de ses nuits, alors pendant la journée avec sa planche de surf il les trace dans le ciel .
PARACHUTISME_016.jpg
PARACHUTISME_013.jpgPARACHUTISME_009.jpg







PARACHUTISME_005.jpg

Retour à la page d’accueil

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 09:08

15 483 sauts en 70
undefinedhttp://issuu.com/driol/docs/cerp_1970
Archive Michel Prik
undefinedL'Antonov AN2T un gros biplans de 12 paras basé à Bergerac, le propriétaire était le Ministère de la Jeunesse des Sports.
undefinedCe jour là en novembre 70 j'étais venu voir mon frère Jean-Yves (au centre)
undefined

Retour à la page d’accueil

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 09:07

undefinedEvelyne et JC Armaing 



Retour à la page d’accueil
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 00:23

Moi, c’est les oiseaux qu’on avait à la maison qui m’ont décidé. Ceux que mon père a ramenés un jour du marché, dans une boîte à chaussures. On les a collés dans une cage bien trop p’tite pour qu’ils puissent faire autre chose que sautiller sur place et jouer à chat-perché.
undefined
D’abord ils se sont tenus pénards. Puis ils ont commencés à siffler et à chier partout. Et plus ils chiaient, plus ils sifflaient. C’était comme si la fiente leur donnait de l’entrain, du cœur au ventre. J’ai passé des journées entières à les étudier nos oiseaux, à les voir se cogner comme des furies contre les barreaux métalliques de leur volière. Ça m’a conforté dans l’idée que voler devait être bien plaisant pour qu’ils ne pensent qu’à ça les oiseaux.
Le temps s’est alors écoulé avec voracité. Puis j’ai vu une émission à la télé. Très courte, où j’ai rien compris. Où j’ai seulement senti que les gens qui en parlaient, en savaient pas plus qu’moi du parachutisme. De ce sport qui fait pitié tant on a l’impression qu’il ne se pratique nulle part ailleurs qu’à la guerre, avec des anecdotes bien cruelles et émétiques.
J’ai suivi la filière commune. Les renseignements aux PTT qui m’ont renseigné avec bien du mépris dans la voix. J’étais loin de penser qu’il existait une fédération pour le parachutisme, une vraie, avec un président et des affiliés. Je me suis entretenu longuement au téléphone avec une jeune femme bien aimable et diserte. J’en avais besoin et cela me rassurait au fond qu’on puisse trouver des jeunes femmes introduites dans des endroits que mes plus mornes idées préconçues, couvraient d’ombres.
J’ai fini par débarquer dans un de leurs centres. Si je n’avais pas demandé ma route à quelques passants, je l’aurais manqué tellement c’est miséreux et perdu dans la campagne. Quand on découvre enfin les installations, ça renforce l’idée qu’on va accomplir quelques choses de pas ordinaire. 


LeHangar.png

L’esprit pas tranquille, je suis entré dans leur temple, fait de tôles ondulées entièrement pigmentées de rouille. Comme je devais avoir l’air autant à ma place qu’un amxs 30 dans une buanderie, une âme compatissante tout en longueur s’est dirigée vers moi. Je lui fus gré de tous les efforts qu’il faisait pour s’empêcher de rigoler, ce grand escogriffe. Par la même occasion, je le haïssais très largement. Il m’a guidé gentiment, en me parlant doucement comme on parle aux infirmes. Ça devait l’agacer que je pose des questions sans arrêt, que je m’étonne de tout et pas toujours en compliments, parce qu’il a fini par me plaquer dans un bureau, où j’ai dû attendre patiemment qu’on s’intéresse à mon cas.
Quand mon tour fut venu, quelques mots suffirent pour me faire comprendre que l’argent est bien le combustible qui fait tourner la roue de ce qui est destiné à se mouvoir en ce bas monde. Et je comprenais du coup, pourquoi celle du parachutisme ne tournait pas très vite, pourquoi elle avait l’air si mal en point et si vétillarde. C’est qu’il lui en faut la garce ! De quoi vous désappointer un peu plus.

J’ai acquitté toutes les cotisations nécessaires avec une réticence de pingre, après que l’on m’ait démontré qu’elles étaient inévitables. Je me suis confondu en remerciements d’usage, puis je suis sorti faire plusieurs fois le tour des hangars comme on fait le tour du propriétaire. En y allant aussi largement de mes deniers, je n’arrivais pas à me persuader que je venais de réaliser une bonne opération.
Quand tout s’est tu autour des hangars, je suis allé dîner en ville où j’ai surveillé pour la première fois l’argent que je dépensais pour mon repas. Peu après, j’ai rejoint d’un pas mollasson la chambre que l’on m’avait impartie. Une chambre grande comme un placard à balais avec quatre petits lits bien crasseux qui

devantmis--re2.png

sentaient le grizzli et la litière de chat. Un plaisir ! « La Myss Air » qu’elle s’appelait la bicoque… Elle avait une petite cuisine peinte avec le rouge qui sert à agacer les vaches. Le soir on y faisait la tambouille en cœur et c’était bien, surtout à cause des filles qui finissaient toujours par avoir pitié de notre estomac. C’est dans ce réduit, où les envies qu’on a de foutre le camp commencent sérieusement à s’enhardir, que j’ai fait la connaissance de Lola. Elle m’a tout de suite fasciné Lola. Une bien jolie fille, oui ! Elle venait de la lointaine Allemagne. Pas bêcheuse pour deux sous. Elle avait des seins comme on en voit dans les livres faits pour exciter les garçons. Ils étaient tellement énormes ses seins, tellement anachroniques que dans une si petite pièce on avait l’impression de se cogner sans arrêt contre eux. Ça devenait une obsession. Une de plus.
L’instruction commença le lendemain. Après le petit déjeuner on nous réunit en groupe, autour de celui qui devait nous affranchir de tout ce qui est utile à la pratique du parachutisme. Georges qui s’appelait l’instructeur. Un dur celui-là. Un qu’avait peur de rien. Un qui connaissait tout et qui savait tout faire.
- Moi j’chais les mettre en confiance mes élèves ! qu’il clamait partout l’instructeur, en jetant des regards bien vicieux à Lola. Et nous, nous l’écoutions pétris d’admiration et d’inquiétude : on attendait qu’il prophétise sur notre sort, le Georges.

L’instruction dura deux jours. C’était si long, qu’on en trainait les pieds comme des forçats pour passer d’un agrès à un autre. La chaleur nous tombait sur les épaules par quintal, prête à nous estourbir et même les vannes bien grasses de Georges, celles qu’il avait dû raconter des centaines de fois avec le même à propos, ne retenaient plus notre attention.
Quand le grand jour fût arrivé, celui pour lequel nous étions venus de si loin avec une curiosité à soulever des menhirs, le beau temps avait plié bagage. On lui en a voulu d’abord, puis on s’est ravisé. Parce qu’au fond de nous- mêmes et grâce aux bonnes calembredaines de Georges, nos élans s’essoufflaient. Les heures ont commencé à doubler en longueur, puis à tripler, pour devenir des journées à elles seules. C’est pas croyable s’qu’on s’ennuie sur un terrain quand on a plus rien à faire qu’à attendre. Pourtant l’imagination s’en accommode de l’oisiveté, elle ! C’est même ce qui l’inspire le plus ! J’avais beau essayer de la faire taire, de tuer le temps avec des riens, qu’elle s’échauffait la bougre. Faut dire qu’à l’ordinaire, on en passe des moments et de l’ardeur à l’imaginer le truc qui nous fera crever. Celui qui viendra à bout de notre sale carcasse ; tant on est persuadé de conjurer le sort, en le pressentant, en le soupesant, en le reniflant comme un melon. Maintenant que je l’avais rejoint le bout de mon existence, je m’en voulais de lui avoir consacré autant d’introspectives.

Pour Lola ça n’allait pas fort non plus. La nuit dernière, elle avait atterri dans la chambre de Georges. Elle avait abordé ce moment de réconfort comme une assurance sur l’avenir. Ses yeux de jais laissaient filtrer assez de lumière, pour que je devine qu’elle n’était guère plus avancée. Quand Georges lui pinçait les fesses pendant l’instruction, elle ne se trémoussait plus, elle ne gloussait plus avec un sourire espiègle. C’était un signe pour nous tous.

Sur le taxiway, la pluie continuait de s’épandre en petites flaques incolores ; parfois teintées par de fines veines d’hydrocarbures.

Dans ces moments où l’on a gardé bon espoir qu’il ne viendra jamais, il vint alors, « le trou », comme disent les habitués. Ce petit coin de ciel bleu qui entre deux amoncellements de nuages parfois fuligineux, transforme les centres en champs de manœuvre. Il y eu un court flottement. Puis une voix métallique s’éleva en crachotant des propos inaudibles à forts décibels. Dieu avait choisi de s'adresser à nous à l'aide d'un mégaphone. Fallait sortir les avions qu’il hurlait le haut-parleur, fallait pas mollir, fallait s’équiper. Fallait se préparer à quitter ce bas monde avec toutes ses saloperies et au pas de course encore ! Je n’étais pas pressé d’en finir moi ! Ah que non ! Dans une léthargie proche du coma, je restais là, planté comme un cornichon, à pérorer avec une lâcheté que je ne me connaissais pas. Sûr qu’y en avait des saloperies sur terre, des pas avouables, des qui sont tellement immondes, qu’elles devraient nous rendre tout guilleret à l’idée de les quitter pour de bon. Il n’y avait rien à faire, même vue sous ses angles les plus affligeants, la vie me tenait en otage. J’étais prêt, droit dans mes tongs, à me rendre à la première mauvaise raison venue pour foutre le camp.

Sous les hangars qui n’étaient plus martelés par la pluie, je me suis équipé sans enthousiasme. Georges se démenait pour nous comme un père pour ses ouailles. Il était pas toujours très fin Georges, on sentait bien qu’il n’avait pas inventé l’élastique de rappel, mais rien qu’il soit là, à nous distribuer des chiquenaudes bon enfant et à peloter consciencieusement Lola, ça nous rendait ces instants moins pénibles.
On nous a d’abord vérifiés méthodiquement, puis contre vérifiés. Le seul exercice ou on en redemandait. Puis nous nous sommes rendus à l’embarquement en rang d’oignons. Sanglés et harnachés comme des endives au jambon. On se dandinait gauchement et Lola n’avait vraiment plus rien d’érotique. Il avait même fallut lui donner un équipement spécial, à cause de ses seins qu’on ne savait pas où les mettre.
Je suivais en silence le groupe de condamnés que nous formions avec une envie de pisser qui me tenaillait férocement la vessie. Jamais je n’ai éprouvé une envie de pisser comme celle-là, prêt à faire n’importe où et sur n’importe quoi. Faut en déduire que la peur ça vous vient d’abord par le zizi, qu’elle est une sorte de fatalité diurétique, une maladie du sexe.

L’avion s’est approché avec un bruit qui le rendait encore moins réjouissant que dans nos plus hideux cauchemars. Nous sommes montés à bord lourdement en nous poussant et tiraillant les uns les autres. C’était pas facile, parce que le vent de l’hélice nous bousculait avec force et que les échappements nous crachaient à la figure. C’était à vomir…
L’avion décolla comme à la foire. Ça me rappelait le métro aux heures de pointe, avec son microcosme de puanteur et d’anonymat. On avait pas de place dans ce foutu avion tellement la peur en avait prise, elle, de la place. Comme une habituée des lieux. Elle s’en donnait à cœur joie, la vache ! Elle s’agrippait cruellement à mes viscères et au cassoulet de la veille, elle voulait plus les lâcher. Comme si l’on nous conduisait à la guillotine le derrière en avant.
J’en ai eu assez de retrouver ma figure sur le visage des autres, alors, j’ai essayé de tendre mon attention par-delà les hublots. Des nuages au loin s’enflaient comme des soupirs et j’ai compris que l’avion ne  ferait rien pour les éviter, qu’il foncerait dedans plein gaz.

Plus bas, sur terre, les tournesols s’étaient profondément inclinés vers le sol comme quelqu’un qui s’interroge. Les blés tendres, à perte de vue, sur lesquels l’été versait tout son or, se balançaient en rythme avec une douce ampleur.

Rapidement, l’avion s’est présenté sur son axe de largage. Quand Georges ouvrit toute grande la porte qui donnait pour moi sur l’abîme du monde, je fis un léger mouvement de recul. Je m’efforçais de ne pas regarder le sol et puisque je n’éprouvais aucun plaisir, d’être tout au plus indifférent. Je n’arrivais pas à retrouver mon calme. Curieusement, je n’éprouvais aucun vertige. Seulement la trouille, qui se refusait à me donner des ailes.

J’y suis pourtant allé… Oh ! Pas vaillamment. Plutôt sans réfléchir. Tout s’est passé très vite, dans un brouillard plus épais qu’au bord de la tamise. Et je crois que Georges à beaucoup suppléé à mon manque d’énergie. Lorsque j’ai repris pleine possession de mon esprit, je me suis retrouvé suspendu à un carré de tissu. J’avais bien senti qu’il se dégageait avec violence des élytres que l’on m’avait collés sur le dos mais de le voir là, au-dessus de ma tête, c’était drôlement rassurant. Comme si jusque-là, j’avais manqué d’air et que l’on me permettait de respirer à nouveau. J’éprouvais la sensation insolite de pouvoir toucher le silence tellement celui-ci sonnait fort à mes oreilles. Je me suis décidé à regarder le sol. Pas trop tout d’abord, parce que la voile claquait et tanguait anormalement. Je lui ai même parlé à la voile, pour l’apaiser, comme les palefreniers parlent à leurs chevaux. Tandis que j’essayais vainement d’attraper mes commandes, j’entendis une voix synthétique hurler quelque chose. Après plusieurs secondes de réflexions, je compris qu’il s’agissait d’un haut-parleur. Je l’avais oublié celui-là ! j’avais tout oublié. Il se donnait du reste bien du mal à me rappeler que c’est dans la nature des hommes d’aboyer pour tout et n’importe quoi.

undefined 

                                                                                                                       

Le sol se rapprochait doucement. J’avais abandonné l’espoir d’attraper mes commandes et j’entendais le haut-parleur de plus en plus fâché contre moi. Je m’en foutais éperdument. J’essayais de déterminer l’endroit exact où je reprendrais contact avec le sol. Pas facile… Celui-ci commençait à retrouver du relief et un aspect familier. Une sorte de transfiguration lente et intangible. Je me suis surpris à serrer les jambes comme on me l’avait appris. Ce fut d’ailleurs, tout ce que je parvins à faire de ce que l’on m’avait appris. Mes pieds heurtèrent le sol. Les quatre fers en l’air, je pris conscience que l’épreuve avait cessée instantanément. Je pris aussi conscience que ma respiration était hâtive et que j’étais épuisé, vidé, essoré. Je me suis relevé lourdement, empêtré dans les suspentes. Je me suis même mis à gesticuler dans tous les sens et dans la direction d’un collègue qui venait de s’affaler non loin de moi. On a beau dire, ce n’est pas imaginable ce que ça rend euphorique et tartignol un saut en parachute. Je l’ai compris en voyant l’autre se mettre aussi à gesticuler comme une andouille. Nous sommes rentrés vers les hangars côte à côte. On se racontait à tour de rôle, parfois en se coupant la parole, comment ça s’était passé pour l’un et pour l’autre. Et on ponctuait chaque énormité, chaque flagornerie, de petits rires bien niais. Tandis que je gravissais prestement le comble de la fierté, je vis venir à notre rencontre un instructeur. L’air pas aimable et renfrogné comme un Pitbull. Il nous engueula. Moi surtout qui n’avais rien compris, qui avais fait tout le nécessaire pour me tuer. Et plus on se rapprochait de tout le monde, plus il braillait fort. Des fois qu’on est pas bien intégré le rôle écrasant dont il était investi.

J’avais éprouvé peu de plaisir et je peux affirmer qu’il m’a tout gâché cet âne. J’ai plié et rendu le matériel presque avec soulagement. Je me suis alors fait à nouveau incendier parce que ma fiche n’était pas correctement remplie et que je ne prenais pas soins du matériel. Entre temps, j’avais appris que Lola s’était cassée une jambe à l’atterrissage. Le médecin qui vint avec l’ambulance et qui s’était occupé d’elle, s’efforça de rassurer tout le monde avec des termes très techniques et des gestes savants. Dans un sourire goguenard, il expliquait que l’accident était prévisible. Que c’était foncièrement impossible pour Lola de voir le sol arrivé avec des seins comme elle avait. Que c’était carrément du suicide : une sorte de talon d’Achille mais en moins circonscrit. Ils sont restés là quelques instants à se tordre de rire, puis l’ambulance est repartie vers l’hôpital, dans le soir incandescent.

Je n’y suis jamais retourné. Dans les premiers temps, rien que l’idée m’était désagréable. Faut dire que l’on ne m’a jamais relancé. Un monde en somme, duquel il était facile de ne plus avoir de nouvelles. J’avais tellement entendu dire que c’était quelque chose qu’il fallait faire au moins une fois dans sa vie, que je désespérais, à présent, de n’y avoir rien trouvé d’inoubliable. Sûr que ça n’était pas un geste aussi naturel que de se gratter le derrière par exemple. Qu’on attrapait tellement la trouille qu’il en restait forcément un pt’it quelque chose. Mais, dans mon fort intérieur, j’avais peine à me convaincre que j’aurais souffert de m’en passer.
D’ailleurs, faudra un jour qu’on écrive là-dessus.



                                          Retour à la page d’accueil

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 00:06
Pour celles et ceux qui m'ont demandé des nouvelles de Maywenn...
Pour celles et ceux qui m'ont demandé des nouvelles de Maywenn...
Pour celles et ceux qui m'ont demandé des nouvelles de Maywenn...

Pour celles et ceux qui m'ont demandé des nouvelles de Maywenn...

 

WWE-TV.jpg

http://www.youtube.com/user/wineexport

Premier saut le : 19/04/1976 à Arcachon-Villemarie
BF 6 le : 30/05/1977 à Bergerac
Premier VR le : 19/06/1977
C.G.E. n°917
Initiateur Fédéral n°420
Instructeur Fédéral n°314
3èmeau championnat de fr VR 4 en 81
Juge national VR, PA, Voltige n°127
Total de sauts 1500 (environ) 

-------------------------------------------------------------------------------

 Sur mon autre Blog " Un réveil en Chine "
en cliquant sur le logo vous aurez un petit aperçu (en images) de ma vie juste après Bergerac.

AFP.jpg

Pas de page Face Book

La dame avec le grand sourire c'est Grand-Mère Claudine, elle aimait bien se faire photographier, l'autre dame c'est ma Mère Raymonde et le rejeton c'est moi !

  

 

 

undefinedPhoto Michel Lamouret
Identité sportive :
 

undefinedMes premiers sauts en avril 76 à Arcachon

undefinedLe troisième commandé, à cette époque si tu ne tires pas c'est fichu. 
undefinedAvec mon frère Jean-Yves sur la DZ de Cazaux

undefinedLe 6520
undefined L'Olympique


Et un nouveau jour

undefined

Puis sont venues les Ailes

undefinedLe mini Foïl

undefinedNon, non ce n'est de l'initiation au pilotage, mais les débuts du canopy contact

undefinedundefined








Avant de sauter il fallait apprendre à plier le fameux Strato Claoud
undefinedAprès une dure journée de travail à la SOGERMA un saut sur l'aéroport de Bordeaux
undefinedLe Charli Victor en descente on l'aimait bien sauf quand il a failli perdre sa queue, merci au pilote nous avons eu très chaud ce jour là !
Photo Michel Lamouret
undefinedLe para club de la SOGERMA au complet, derrière le Broussard MH 1521 celui là il a cassé son moteur en plein vol, j'étais le largueur de service avec cinq élèves à bord, merci François (Lacorre un autre pilote) on s'en est bien sorti. Heureusement que l'avion sortait de révision ! ???

undefinedLe rendez-vous des canards boîteux
Pas d'affolement, juste un meeting qui a mal tourné
undefinedLe bureau de piste
undefinedDessin.jpgUn dessin de Guy Darriet (DGST-SOGERMA Mérignac)
Carnet.jpgla page 146 de mon carnet de sauts, le 19/11/78, Evelyne tu te rappelles ?
Para-27.jpg
La salle de pliage
undefinedJuin 1980 les Championnats de France VR 4 : les Kiroptères, Isotopes et Acrocéphalus
undefinedL'équipe Acrocéphalus : Didier, Francis, Jacques et Ramon (le meilleur des meilleurs)
undefinedundefined



undefined










La Ferté Gaucher

 Que suis-je devenu ?
Après +15 ans de parachutisme j'ai fait des centaines d'heures de vol en parapente
.

Maroc.jpgMes derniers vols en soaring de bord de mer au Maroc devant la maison de ma Soeur...
Maroc00.jpg... avec ma femme Jia, elle est jolie et chinoise
Cliquez sur la photo pour visionner son blog

Bon-baiser-de-Reims.jpgNous deux en 2007

 

 

 



undefinedRichard  BACK
L'apprentissage du vol, cliquez sur la photo
A 5 ans il est possible de voler tout seul

Un-rev-copie.jpg
  Un autre blog

Contact : photocome-france@@@hotmail.fr
retirez les signes en rouge

 

Le pays breton où je suis né
Le port de Saint Nazaire

Partager cet article
Repost0